La Ministre fédérale du Budget, Sophie Wilmès, a pris connaissance des projections économiques de la Banque Nationale Belge (BNB) à l’automne 2017.

 

  Selon elle, ces prévisions valident les hypothèses de travail du Gouvernement, tout en confirmant les progrès de l’assainissement budgétaire :

« nous avions annoncé une estimation de déficit nominal à -1,2% en 2017 il y a quelques semaines. » rappelle-t-elle. « La Banque Nationale va dans le même sens que nous alors qu’au printemps, elle estimait ce besoin de financement à -2%. Quand je regarde d’où nous venons (-3,1% en 2014), je me réjouis du chemin parcouru surtout que la dette ne cesse de diminuer. Néanmoins, je ne perds pas de vue ce qui reste à faire et je confirme notre détermination à continuer sur cette voie-là. »

 

Au niveau de la croissance, Sophie Wilmès relève des signes encourageants de la reprise économique.

« Au fil des rapports, des instances internationales (Commission européenne, FMI,…) aux institutions nationales (Bureau fédéral du Plan,…), nous constatons que l’accélération de la croissance se vérifie. Une fois de plus, la BNB réévalue ses estimations à la hausse avec une croissance à 1,7% pour 2017 et 2018. Au niveau européen, les projections misent sur 1,8% de croissance pour 2018. D’aucuns seront bien forcés de reconnaitre que le Gouvernement avait, à raison, anticipé cette réalité. »


Enfin, la Ministre du Budget souhaite souligner la création soutenue d’emplois en Belgique.

« Le Gouvernement fédéral a fait de la création d’emploi la pierre angulaire de sa politique. Il n’y a pas de meilleur outil de lutte contre la pauvreté mais aussi d’émancipation individuelle. D’un point de vue budgétaire, c’est aussi une façon « vertueuse » de réduire les dépenses sociales. Sur la législature, nous aurons créé à peu près 259.000 emplois nets supplémentaires. 309.000 entre 2014 et 2020. À cela s’ajoute un taux d’emploi qui augmente – malgré une stabilité presque légendaire ces dernières années – pour se rapprocher des 70% en 2020 mais aussi un taux de chômage qui descend sous la barre symbolique des 7% dès 2019, ce qui n’était plus arrivé depuis le début des années 2000. Tout ceci nous confirme que l’objectif de remise en route de notre économie défini en début de mandat devrait être pleinement rempli. »

  • FR
  • NL
  • EN