Pour sa première intervention en séance plénière, Sophie Wilmès a relayé au ministre des Classes moyennes le mécontentement des employés, des indépendants et des PME de ce pays qui ont véritablement été pris en otage par certains grévistes ces dernières semaines. 

Même si la concertation sociale est inscrite à chaque étape de l’accord du gouvernement (réforme des pensions, amélioration du marché du travail, …), il est compréhensible que certaines personnes soient inquiètes pour leur avenir et l'expriment. Le droit de grève est légitime, mais tout au long de novembre et décembre, nous avons assisté à des débordements intolérables. 

Sans compter que les piquets de grève qui empêchent les travailleurs, les indépendants de se rendre sur leur lieu de travail mettent parfois la survie même des PME en péril. "Dans ce genre d’entreprises, on est loin de la caricature qu'en font certains syndicats : patrons et salariés travaillent souvent côte à côte et pas l’un au détriment de l’autre. Si le droit de grève est évidemment intangible, aller travailler un jour de grève c’est aussi pour certains l’expression d’un point de vue. " 

La députée a rapellé que le groupe MR allait déposer prochainement une proposition de loi pour garantir le droit d'accès au lieu de travail.

 

Lire la suite de l'intervention.

Voir la vidéo de l'intervention 

 

 

 

  • FR
  • NL
  • EN